Trouvaille #1: Reconnaître et nommer les nombres correctement – L’application BLIPS

(13.99$ pour la version intégrale)

Les enfants qui ont un trouble d’apprentissage peuvent éprouver de la difficulté à verbaliser correctement le nom des nombres. Au premier cycle du primaire, cela peut s’expliquer, d’une part, par des difficultés d’encodage, c’est-à-dire de la difficulté à apprendre une nouvelle notion. Si l’enfant a une fragilité attentionnelle, une mémoire de travail restreinte (celle nécessaire pour traiter l’information) ou une dyscalculie (trouble du calcul), le processus d’apprentissage est plus lent et plus laborieux. D’autre part, un jeune élève peut aussi avoir des difficultés d’accès lexical, c’est-à-dire « avoir le mot sur le bout de la langue ». C’est le cas de plusieurs enfants ayant une dyslexie-dysorthographie, un TDAH (déficit de l’attention) ou un trouble développemental du langage (dysphasie). L’application BLIPS s’avère utile en français comme en anglais.

Trouvaille #2: Reconnaître rapidement des syllabes et des mots – L’application BLOUPS

(13$-18$ pour la version intégrale)

Tout comme son petit frère BLIPS, BLOUPS travaille la reconnaissance rapide, mais cette fois-ci de syllabes et de mots. Fusionner deux sons pour former une syllabe est un des processus les plus importants qui permettent à l’enfant de lire un mot et d’accéder au sens de celui-ci. Plusieurs confusions visuelles (ex : b et d) et auditives (ex : f et v) sont travaillées grâce à cette application. Il est également possible de sélectionner une narratrice québécoise, française ou belge. Ce matériel est donc utile pour travailler la fluidité en lecture, c’est-à-dire le décodage (lire en combinant les sons et les syllabes) et la lecture globale de mots (reconnaitre rapidement le mot en entier sans le décortiquer).

Trouvaille #3: Chercher un mot dans un dictionnaire adapté et accessible – Les dictionnaires Eurêka! et Grand Eurêka!

(22.95$ et 30.95$ respectivement)

Les dictionnaires Eurekâ! et Grand Eurekâ! permettent à l’enfant de chercher un mot à partir du 1er du 2e et du 3e son entendu. Par exemple, pour le mot « pharmacie », il devra d’abord se rendre à la page centrale du dictionnaire qui fait office de table des matières afin de réfléchir au 1er son de ce mot :« ffff ». Ensuite, il trouvera la première syllabe « fa » qui lui permettra de trouver la page où le mot se retrouvera. Il sera amené finalement à identifier le 3e son (« r ») qui lui permettra alors de trouver la section dans laquelle le mot attendu se trouve. Il n’est donc pas nécessaire de maîtriser l’ordre alphabétique pour l’utiliser. Ainsi, contrairement au dictionnaire conventionnel, on peut l’introduire dès la 1re année. Eurekâ! est destiné davantage pour le 1er et le 2e cycle et il contient environ 10 000 mots, alors que le Grand Eurêka!, pour les plus vieux ou les plus habiles, en contient environ 40 000, ce qui augmente les chances que l’enfant puisse trouver le mot recherché.

Trouvaille #4: Étudier ses mots de dictée sur la tablette – L’application VOCA d’Alloprof

(gratuite)

Le fait de « recopier 3 fois » les mots de dictée est une technique largement répandue, mais peu efficace pour des élèves qui ont de la difficulté à bien orthographier les mots (dysorthographie). Notre collègue orthophoniste, Gabrielle Mathieu, a écrit un article fort intéressant portant sur la dictée. Vous pouvez le consulter en cliquant ici et combiner les idées proposées lorsque vous utilisez cette application avec votre enfant. Ce qui est particulièrement intéressant avec celle-ci, c’est le fait de pouvoir enregistrer les dictées d’une semaine à l’autre afin de pouvoir les refaire à volonté, et ce, même en fin d’année lorsque vient le temps de faire la révision des mots vus durant l’année. Il est également possible d’envoyer le lien de la dictée par courriel afin qu’un autre parent ou un intervenant puisse faire pratiquer l’enfant à un autre moment, sans devoir entrer tous les mots une autre fois. On peut combiner cette application avec l’utilisation d’un dictionnaire électronique (ex. : Franklin) : on en parle dans cet article. Les dictionnaires Eurekâ! et Grand Eurekâ! peuvent aussi être utilisés. En effet, les élèves sont ainsi amenés à se questionner sur l’orthographe d’un mot et à valider leur hypothèse sur la manière d’écrire le mot en question.

Trouvaille #5: Consolider les habiletés de pré-lecture et pré-écriture – L’Application Madame Mo

(29,99 pour la version écolecomplète)

Il est souvent recommandé de travailler la conscience phonologique aussi appelée « habiletés de pré-lecture et de pré-écriture » dès le préscolaire. De plus, il est aussi suggéré de consolider ces habiletés chez les élèves qui ont des difficultés avec l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. En effet, le fait de réfléchir aux syllabes et aux sons permet aux enfants de comprendre comment ils doivent faire pour lire un mot pour la première fois et y donner un sens.

Je vous lance le défi d’intégrer progressivement, à votre rythme, une nouvelle trouvaille afin de mettre un peu de magie dans la routine des devoirs et des leçons.

Auteure: Caroline Ricard, Orthophoniste